ETIAGE > Axes Scientifiques > Axe 4 - Impact des conditions physico-chimiques > action 4.4 - mesures indirectes de la contamination : transplantation

 Comment et quand les organismes se contaminent ?

Anguilla anguilla

En 2011 et 2012, des corbicules et des anguilles ont été transplantés  dans la Garonne.
Les corbicules provenant d’un site non contaminé (St. Seurin) ont été transplantées en amont (Bègles) et en aval de Bordeaux (Bacalan) ainsi qu’au niveau d’un site « de référence » (St. Macaire) et ont été exposées en période estivale sur des périodes de 1 mois à trois mois. Avant chaque transplantation, des organismes témoins non exposés à l’eau de Garonne ont été prélevés et analysés (St. Seurin).

La comparaison des fortes mortalités observées à Bacalan (~75%) et des faibles mortalités à St Macaire et Bègles (~2 %) montre un impact des conditions physico-chimiques en aval de Bordeaux. En revanche, la mortalité peut être faible (entre 0 % et 2 %) pour des corbicules exposées à l’hypoxie sur une courte période démontrant ainsi une résistance des organismes.

Anguilla anguilla

La croissance des corbicules est inhibée de façon marquée à Bacalan et à Bègles ce qui démontre un effet physiologique significatif autour de l’agglomération bordelaise. Les bioaccumulations métalliques augmentent systématiquement pour tous les métaux dans les tissus des bivalves transplantés. Les concentrations en V et en Cd décrivent un gradient de contamination entre l’amont et l’aval de Bordeaux. Les rejets de la CUB auraient donc un impact sur l’accumulation métallique qui pourrait être plus ou moins favorisée par les périodes d'hypoxie.